Affichage des articles dans Education & communication

Récemment, ma sœur m’a fait découvrir ce lieu de perdition (de temps, surtout) qu’est Pinterest. Une vraie mine d’or d’idées en tout genre.

J’y ai découvert plein d’idées pour occuper les enfants lors de longs trajets en voiture quand on ne souhaite pas diffuser trop de dessins animés pour les tenir calmes.

Comme nous avons quelques voyages prévus cet été, j’ai décidé de m’inspirer de tout ça. J’ai traduit certaines fiches, créé d’autres… Et je vous propose l’ensemble, pour vous donner des idées à votre tour.

Je compte plastifier l’essentiel de ces fiches et les insérer dans un classeur, avec une pochette où je mettrai quelques feutres pour tableau blanc et un petit chiffon, pour pouvoir réutiliser ces activités tout au long de l’été.

Voici un aperçu des activités ci-dessous, et le lien de téléchargement du lot en cliquant !

 

J’ai aussi trouvé un chouette kit de survie de voyage offert par les enfants nomades avec d’autres activités, pour des enfants à partir de la primaire surtout (mots mêlés, sudoku, bataille navale…). Vous pouvez le télécharger en cliquant sur le lien ci-dessous.

Kit de survie de voyage

 

Il y a quelques semaines, j’ai lu un article de blog, en anglais, qui m’a marqué. Il m’a fait réfléchir. Et j’ai eu envie de le traduite pour vous le faire partager.

 

C’est le bazar.

C’est chaotique.

C’est épuisant.

Ce sont des larmes et des rires pendant qu’on argumente pourquoi les deux chaussures ont besoin d’être assorties.

Ce sont des lits avec trop d’occupants qui laissent des traces d’urine sur les draps et donnent des coups de pieds au visage.

Ce sont des demandes pour regarder les mêmes dessins animés tous les jours. Toute la journée. Encore et encore. Et encore un peu plus.

C’est du lait renversé et des céréales émiettées. Partout dans la voiture. Et sur le canapé. Et dans les plis de votre sac à main.

C’est tout ce que vous aimez. Et beaucoup de stress. Toute la journée, et puis toute la nuit. Pas de pause en vue.

Ca occupe tout votre espace mental. Ca emplit votre cœur. Ca fatigue votre corps. Ca grandit comme vous n’auriez jamais imaginé que ça grandisse.

C’est être parent.

La seule fois dans notre vie où nous aurons nos enfants à la maison. Des petits (et plus si petits) qui ont besoin de nous. Qui nous aiment. Que nous aimons de la tête aux pieds alors même qu’ils nous vident de la tête aux pieds.

Les anciens nous le disent avec amour :

“Ne clignez pas des yeux, ou vous allez en rater. Ils auront grandi avant que vous n’ayez eu le temps de dire ouf. Profitez d’eux maintenant. C’est votre seule et unique chance.”

Et nous répondons poliment mais légèrement agacés :

“Oui, je sais. On me le dit tout le temps. Et j’aimerais, vraiment. C’est pour ça que j’ai fait des enfants, pour en profiter. Mais les jours filent à une vitesse… Et avant que j’aie le temps de dire ouf, ils ont déjà un jour de plus. Et moi, je n’ai toujours pas eu le temps de me brosser les dents, ou les cheveux. Alors en profiter… Ben, c’est plus difficile qu’on ne le pense. ”

Papa danse avec sa fille sur la Piazza Navonna, Rome

Papa danse avec sa fille sur la Piazza Navonna, à Rome

Ça vous parle ? Si c’est le cas, voilà 10 façons faciles de cligner des yeux aujourd’hui, sans avoir l’impression d’avoir raté quelque chose de votre enfant.

    1- Tracez le contour de votre main. Puis posez leur main sur le dessin et tracez leur main dans la vôtre. Demandez-leur d’observer la différence de taille et rappelez-leur que leur main grandira pour être un jour aussi grande que la vôtre. Pour le moment elle est petite, et cela veut dire qu’ils sont encore en train de grandir, et vous aimez cela. Puis demandez-leur de faire une promenade avec vous. Tenez-leur la main. Ne la lâchez pas avant qu’ils ne la lâchent.

    2- Faites le concours de celui qui fixera l’autre dans les yeux le plus longtemps. Dites-leur qu’ils doivent rester sérieux, sans rire du tout. Puis faites bouger vos narines, louchez, faites des grimaces jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus se retenir de rire. Emmenez-les alors à la salle de bain pour s’entrainer à faire des grimaces face au miroir avec vous.

    3- Mettez de la musique et demandez-leur de vous apprendre quelques mouvements et pas de danse. Faites comme si c’était eux les experts et quoi qu’ils fassent, imitez-les. Dites-leur que vous aimez leurs technique. Puis lorsqu’ils en ont marre, mettez une de ces musiques idiotes et entêtantes et apprenez-leur les pas. Oserai-je suggérer la Macarena ?

    4- Interviewez-les. Mettez en route la camera, faites-les asseoir et interrogez-les sur le monde. Demandez-leur ce que fait un président. Demandez-leur comment les gens flottent dans l’espace. S’ils sont plus âgés, demandez-leur quel endroit leur semble le plus chouette pour aller en vacances. Et le pire endroit. Posez-leur autant de questions que vous en trouverez, sur EUX.

    5- Laissez-les choisir votre tenue. Toute votre tenue. Puis laissez-les choisir leur tenue. Un déguisement, des chaussures dépareillées, tout ce qu’ils veulent. Allez ensemble au restaurant et quand on vous interroge au sujet de votre tenue, répondez “ma fille m’a habillée aujourd’hui. C’est la prochaine Vera Wang, non ?! ” Qu’ils soient fiers d’eux.

    6- Dites-vous je t’aime en langage animal. Demandez-leur comment une vache dirait Je t’aime. Et un cochon, et une chèvre, et un serpent. Serrez-les fort et faites pareil pour eux. “Je vais te dire je t’aime en chien. Tu es prêt ? Ouaf, ouaf, ouaaaaaaaffffff !”

    7- Dites oui à quelque-chose pour lequel vous dites habituellement non. Ils veulent toujours faire voler un cerf-volant mais vous n’avez pas envie. Ils veulent toujours allez dans les aires de jeux couvertes, mais le bruit et les microbes vous rebutent. Ils veulent toujours… Juste pour aujourd’hui, dites oui.

    8- Faites-les asseoir et dites-leur tout ce que vous aimez chez eux. Rendez-les fiers. Puis ajoutez encore quelques éléments. Tout ce en quoi ils sont forts, dites-le. Faites-les rougir. Faites que leur cœur se sente bien. Votre opinion ne comptera pas toujours pour eux. Mais elle compte pour le moment.

    9- Faites un truc démodé avec eux. Faites-leur découvrir quelque chose qui a changé. Ressortez vos vieilles cassettes vidéo ou audio. Dites-leur comment on faisait avant. Et pendant qu’ils recevront une petite leçon d’histoire, ils auront aussi un rappel du peu de temps qu’ils ont passé sur cette terre, et à quel point il est fou qu’ils ne connaissent que le téléphone sans fil.

    10- Pour une journée entière, éteignez votre téléphone et votre ordinateur. Vous n’aurez rien de plus important à faire que de leur répondre, sans distraction. Juste pour une journée. Faites-en une journée où ils sentent qu’ils sont votre priorité. Ils sont avec vous, mais ils ne le seront pas toujours, et pendant qu’ils sont encore là, vous êtes avec eux. Et avant de répondre à leur demande, serrez-les dans vos bras.

    Cette semaine, j’ai entrepris de lister tous les signes qu’utilise Paul dans notre vie quotidienne, ainsi que les mots de son vocabulaire. J’ai été surprise du compte ! Une dizaine de mots et plus d’une vingtaine de signes !

    10 mots, dans l’ordre d’apparition :
    chat, boire, tataaa (à table), chien, maman, coucou, ‘tend (j’entend, avec le signe), ‘ière (lumière, avec le signe), mm (oui) et papa

    25 signes, regroupés par thèmes :
    - boire, manger, téter, chocolat, pain, fromage, yaourt, chaud
    - encore, merci, coucou, au revoir (qui sert aussi pour « on y va »)
    - chapeau, chaussures, chaussettes (connu mais pas utilisé spontanément)
    - lumière, musique, j’entend/écoute (accompagné de  » ‘tend »), dormir (qui sert aussi pour « bonne nuit » et « bonne sieste »), fini
    - il pleut, vent
    - brosser les dents, changer la couche (qui sert aussi à nous faire nous lever le matin quand il ne veut plus dormir)
    - peur

    Paul signe "encore"

    Sans compter les onomatopées… Ce qui donne ces genre de conversations savoureuses :

    Un matin, Paul se réveille. On entend un avion de tourisme qui passe dans le ciel.

    - (signe + mot) ‘tend ?
    - Tu entends un bruit dehors.
    - tutut ?
    - non, ce n’est pas une voiture. C’est un avion que tu entends.
    - ah. (signe changer la couche)
    - Tu veux qu’on se lève et qu’on change ta couche ?
    - Mm. (il descend du lit)

    Bon, d’accord, signer « encore », ça fait longtemps qu’il le fait… Oui, mais c’est la première fois que je saisis un de ses signes en photo. Et là, il le signe parfaitement. Papa, secoue-moi « encore » dans tous les sens et jette-moi « encore » en l’air !

    Ah, les chahuts du soir…

    Signe "encore" poursuivre la lecture…

    Déjà !

    J’ai parfois l’impression que c’était hier, une crevette toute chaude, pelotonnée contre moi après 1 minutes de pleurs, toute chaude et couverte de vernix après une naissance intense et rapide qu’il faudra que je raconte un jour. Une crevette qui n’a guère quitté mes bras et mon contact pendant plusieurs mois. Un bébé miracle venu réparer les années d’assistance médicale à la procréation vécues pour Clémentine. Un petit Paul attendu impatiemment par toute la famille. C’était hier !

    Et aujourd’hui, mon Paul fête son premier anniversaire. Que de chemin parcouru, quelle évolution ! poursuivre la lecture…

    Petit article aujourd’hui pour vous parler d’une chouette journée proposée par l’association Yapok à Belley (01).
    Le samedi 15 octobre, entre la semaine internationale du portage et la semaine mondiale pour l’allaitement maternel, une journée de la parentalité est organisée.

    Au programme, des conférences (sur des thèmes variés comme le portage, l’allaitement, le jeu, les couches lavables et l’hygiène naturelle) des stands variés, prêt de porte-bébés physiologiques…

    Si vous n’avez encore rien de prévu ce jour-là, ce pourrait être une idée de sortie en famille !

    Mon bébé teste la capacité d’élongation de mon mamelon (faible, aille !)

    Mon bébé teste la résistance à l’ongle de ma cloison nasale (nulle, ouille !)

    Mon bébé adore marcher tenu par nos mains mais ne tiens pas du tout l’équilibre et hurle si on n’accède pas de temps à temps à son envie.

    Mon bébé s’écorche les cuisses en rampant après le chat sur le béton brut de la terrasse.

    Mon bébé se fait des bleus et des bosses en pagaille.

    Mon bébé a un appétit insatiable de découverte de son environnement plus ou moins proche.

    Mon bébé fait ses premières tentatives de déplacement à quatre pattes.

    Ah les joies d’avoir un Paul qui devient mobile et avide de progrès dans sa verticalisation…

    Clémentine est dans une phase où elle saute, partout, tout le temps. Elle réclame régulièrement qu’on achète un trampoline d’ailleurs. Ce qui m’horripile, c’est quand elle saute sur le canapé ou sur les lits. J’ai peur qu’elle tombe, qu’elle se fasse mal, ou qu’elle casse quelque-chose. Plusieurs fois son père ou moi lui avons demandé de cesser de sauter sur le lit, ou sur le canapé, sans succès.

    Il y a 10 jours de ça, un matin, pendant qu’elle me faisait un gros câlin (inhabituel pour l’heure, mais elle commençait à avoir de la fièvre), je lui ai parlé de ce problème. Je lui ai expliqué que je comprenais qu’elle avait besoin de sauter, je lui ai aussi parlé de mes craintes, et lui ai demandé que l’on réfléchisse pour trouver une solution qui nous conviendrait à toutes les deux. Puis j’ai commencé à proposer, prête à lui passer le relai quand elle le souhaiterait : poursuivre la lecture…

    Clémentine a eu une période où elle était difficile à habiller, tant dans le choix des vêtements, son refus de choisir, son refus de s’habiller ou de se laisser habiller… Bref, avant que ça ne devienne un vrai combat j’ai eu l’idée d’inverser 2 étagères de son placard pour mettre les draps en hauteur et ses vêtements à sa hauteur.

    1- t-shirts et chemises ; 2- jambières ; 3- chaussettes ; 4- culottes ;
    5- gilets ; 6- shorts, pantalons et salopette ; 7- chemises de nuit

    L’idée à fonctionné. Elle a décidé du placement poursuivre la lecture…

    Mon bébé commence à manger des solides.
    Mon bébé aime particulièrement les figues, les abricots bien mûrs, les cerises, les framboises, la compote pomme-poire, la chair cuite et parfumée des tomates et poivrons farcis et les pois mange-tout.
    Mon bébé tient assis.
    Mon bébé attrape les jouets qu’il a envie d’étudier, avec le pouce bien opposé aux autres doigts.
    Mon bébé fait des sourires à l’appareil photo.
    Mon bébé observe attentivement tous les signes que je commence à lui faire.
    Mon bébé a compris que mes cheveux sont des poignées géniales.
    Mon bébé accepte que je le pose endormi dans son lit, ouvre les yeux, tend la main vers son lapin et se rendort sereinement (parfois…)
    Mon bébé aime téter et commence à tirer sur mon t-shirt quand il veut le sein.
    Mon bébé s’éveille.
    Mon bébé sait se retourner sur le ventre tout seul depuis 4 jours.
    Mon bébé a une idole en la personne de sa sœur.
    Mon bébé fait maintenant ses besoins sur le réducteur des toilettes.
    Mon bébé tend la main pour caresser la joue de son père le soir au diner.

    Mon bébé a 6 mois. Déjà. Mais que le temps passe vite !