En préparant notre voyage en Tunisie, je me suis rendue compte que porter bébé sur le ventre et un sac à dos dans le dos ce n’était pas particulièrement confortable. Et porter bébé dans le dos et le sac à dos devant pas mieux ! Ni confortable, ni très pratique. Curieusement, même un sac à dos pas trop plein m’appuyait beaucoup trop sur l’épaule à l’endroit où il croisait l’écharpe et me créait un point de tension difficile à supporter longtemps.

Nous partions le samedi matin, et vendredi en début d’après-midi, j’ai repensé au Onbag (sac à main de portage) que j’avais croisé au hasard de mes promenades sur internet. Et puis j’ai aussi repensé à cet article dans lequel une maman porteuse expliquait comment elle s’était fait un Onbag maison. Un sac à main avec une grande bride, mais partagée en deux qui permet de positionner le sac comme on veut selon la position et la hauteur du bébé et de nouer les brides à la bonne hauteur. Bref, je suis allée relire l’article et j’ai fouillé dans mon maigre stock de tissu. Je n’ai rien trouvé de parfaitement adapté à la couture d’un sac, mais j’ai finalement choisi ce coupon de cotonnade à carreaux gris et blancs. Coton trop fin pour une bonne tenue, donc il était exclu de penser à faire des poches et attaches clés.

J’ai coupé un coupon un peu au pif, plié en deux pour évaluer la taille finale du sac, raccourci un brin, cousu pour créer la grande poche. Puis je me suis attaquée aux 2 lanières que j’ai cousues de telle façon qu’elle soutiennent le fond du sac et remontent sur les côtés. Un ruban en guise de fermeture puisque je n’avais ni scratch ni 2-3 boutons assortis et voilà ! Je ne me suis pas trop inquiétée pour la fermeture étant donné que je ne comptais mettre dans ce sac que les couches de Paul, du rechange pour Clémentine, son indispensable bavoir à réservoir et un gilet pour bébé. Rien de très lourd ni très précieux.

Ma fille en a profité pour exiger son sac à main assorti, ce que j’ai fait en 30mn et voilà. Vendredi en fin d’après-midi j’étais équipée de mon sac qui n’a pas quitté mon épaule de toute la semaine. Je suis ravie de sa praticité et je compte bien en refaire un dans un tissu plus adapté (plus adapté à un contenu plus lourd et précieux). Je vous ferai un pas à pas à cette occasion, mais comme ça n’est pas bien compliqué, vous pouvez vous lancer comme je l’ai fait, un peu au pif, ça marche aussi ! Si vous lisez l’anglais, vous pouvez aussi utiliser le pas à pas du Onbag, généreusement partagé par sa créatrice, ainsi que les commentaires et modifications apportées par une maman, en français cette fois.