Affichage des articles marqués cododo

L’heure du réveillon approche à grands pas, les derniers préparatifs sont en train d’être bouclés chez chacune d’entre nous. Il est l’heure de vous souhaiter de bonnes fêtes en famille, des papilles régalées, les yeux des enfants qui pétillent, le bonheur d’être avec ceux qu’on aime.

Pour ma part, j’ai déballé le plus précieux de tous mes cadeaux mardi 21 décembre… Paul a rejoint la douceur de notre foyer en pleine nuit après un travail court et très intense, et avant même l’arrivée de notre sage-femme. Nous nageons dans le bonheur (et la désorganisation) depuis.

DSC_0662

poursuivre la lecture…

Je vous fais part d’un questionnaire mis en ligne par une de mes relations, dans le cadre de son DU d’allaitement. Merci de consacrer un petit quart d’heure à le remplir, puis de faire suivre le lien à votre carnet d’adresse !

Bonjour,

Dans le cadre d’une recherche de fin d’études du Diplôme Inter-Universitaire en Lactation Humaine (DIULHAM), nous recherchons des parents d’enfant(s) de 0 à 36 mois vivant en France voulant bien répondre à un questionnaire internet sur le sommeil de leur(s)enfant(s).

Cette recherche est réalisée par Rachel Delplanque, masseur-kinésithérapeute diplômée d’état, sous la supervision du Dr. Sylvain Delplanque de l’Université de Genève.

Ce questionnaire a pour objectif de recenser les habitudes réelles de sommeil et de lieu de sommeil des enfants de 0 à 36 mois, en France en 2010.

Ce questionnaire est totalement anonyme et le remplir vous prendra environ 15 minutes.

Nous vous demandons d’essayer de remplir le questionnaire d’une seule traite. Toutefois, il est possible d’enregistrer un questionnaire incomplet et d’y revenir par la suite pour le terminer.

Merci d’avance de votre participation à cette recherche.
N’hésitez pas à diffuser ce mail autour de vous. Plus il y aura de participants, plus cette recherche sera représentative des pratiques actuelles.

Bonne journée.
Cordialement,

Rachel DELPLANQUE
Sylvain DELPLANQUE

contact: sommeil2010@yahoo.fr

ACCÉDER AU QUESTIONNAIRE => Cliquez ici.
(ou copier coller l’adresse suivante dans la barre d’adresse de votre navigateur: http://sommeil.afleurdepeau.biz)

Remarques sur la protection de la vie privée :
Ce questionnaire est anonyme.
L’enregistrement de vos réponses ne contient aucune information d’identification sur vous, à moins qu’une question ne vous ait été posée dans ce sens.
Si vous avez répondu à un questionnaire utilisant des invitations, vous pouvez être assuré(e) que le code de l’invitation n’est pas enregistré avec votre réponse. Les invitations sont gérées dans une base de données séparée qui n’est mise à jour que pour indiquer si vous avez ou non utilisé votre code pour remplir le questionnaire. Il n’y a aucun moyen de faire le lien entre les invitations et les réponses enregistrées pour ce questionnaire.

Et bien voilà, nous sommes arrivés à la fin de notre expérience de sommeil partagé au quotidien. Depuis 12 jours maintenant Clémentine dort dans sa chambre, à sa demande, à 14 mois.

Flash-back, 15 jours plus tôt. Je remarque que depuis quelques temps, il faut de plus en plus le calme pour que Clémentine s’endorme. Le calme, la porte fermée, et le noir complet. Elle qui était capable de s’endormir avec du bruit, de la musique, un peu de lumière et la porte entrebâillée, ses habitues avaient bien changées… J’en avait touché un mot à la nounou d’ailleurs. Elle m’avait dit fermer la porte de la chambre quand elle couchait un enfant pour que les autres n’aillent pas le déranger. En revanche, il y avait toujours les bruits des jeux des autres et un peu de lumière puisque les volets n’étaient pas complètement fermés…

Après 2 nuits où les réveils furent nombreux, je scrutais les gencives de la puce : pas de dent en vue ; je scrutais le thermomètre : pas de fièvre ; je scrutais ses fesses : aucune attaque d’eczéma. Impossible de la rendormir contre nous dans le lit, et difficile de la rendormir dans son lit au pied du nôtre, même après une tétée.
La 3ème nuit a été le coup de grâce ! Je me suis couchée à 23h45 (bien trop tard d’ailleurs) et ne dormais toujours pas à 00h30 quand Clémentine s’est réveillée.
Une tétée, puis un autre, elle n’arrivait pas à se rendormir. A 2h30, j’ai fini par me lever avec elle, laissant le Papa dormir enfin. J’ai allumé la lampe la moins forte du salon, me suis allongée sur le canapé et ai attendu son prochain coup de barre. Elle a joué très peu, puis m’a apporté ses livres. Alors on a lu, elle assise contre moi. Petit Ours Brun et les Bisous. Les Bruits des Animaux. L’histoire de la petite Taupe à qui on avait fait Caca sur la Tête. La Ferme à Toucher. Puis elle a monté sur le canapé une grosse peluche qu’elle s’amusait à faire tomber « bababoum », je la ramassait et elle recommençait. « Bababoum ». A 4h30, elle a commencé à donner des signes de fatigue, je l’ai changée, j’ai installé le lit parapluie dans sa chambre, elle a sauté de joie ! Je lui ai proposé une tétée puis l’ai couchée. 4h45. Premier coucher de nuit dans sa chambre à elle. Elle s’est endormie aussitôt et nous a appelé, fraiche et souriante à 6h30 (nous, nous l’étions un peu moins…)

C’était la nuit du 15 au 16 juin. Depuis, elle dort dans sa chambre, sauf une nuit le week-end dernier, où nous avions beaucoup de visiteurs et toutes les pièces, y compris le bureau, étaient occupées.

La tétée du coucher allongée sur le lit de Papa et Maman est devenue tétée en grenouille sur Maman dans le fauteuil de sa chambre. En fermant le volet, on ne souhaite plus bonne nuit à la voisine qui ferme ses volets, mais on souhaite bonne nuit aux grenouilles de la mare. On laisse quelques espaces entre les lattes des volets roulants pour mieux faire entrer un peu de fraicheur, et le soleil couchant de faufile et dessine des raies sur les murs de sa chambre. Elle les regarde paisiblement, vérifie tous les soirs qu’elles sont bien là, comme elle regardait la lueur de notre réveil avant. Elle a même refusé plusieurs fois la tétée du coucher, pressée de retrouver son lit.
Elle ne nous appelle plus la nuit. Et se réveille maintenant souvent après que nous nous soyons levés le matin, même si quelques réveils à 5h subsistent.

Quand à nous ? On a bien du mal à se réhabituer au vide dans la chambre. Son lit n’est plus là. On en l’entend plus son souffle paisible. Plus besoin de se faufiler contre la porte pour ne pas heurter le lit la nuit. Plus besoin de se déshabiller dans le noir quand on vient se coucher. Plus besoin de chuchoter une fois au lit. Plus de bébé…

Je dois bien l’avouer, je suis en manque ! Mon bébé a grandit plus vite que je ne le pensais, plus vite que je ne le réalisais…

Texte écrit le 28 juin 2009

Ça y est, ça commence… Les réflexions sur le sommeil de la puce…
J’ai eu 3 perles ce week-end…

Ma belle mère, hier : « Et alors, quand est-ce qu’elle occupe sa chambre ? » avec un ton mi curieux mi ironique…

Un ami, samedi soir : « Et ben, je vous promet des jours difficile si elle dort encore dans votre chambre à 11 mois ! »
Non, mais de quoi je me mêle ??????? Heureusement qu’on n’a pas dit qu’elle passe toujours une partie de la nuit dans notre lit…

Une amie, samedi soir toujours : « Elle ne fait toujours pas ses nuits ? Moi, quand ils se sont remis à se réveiller la nuit à 9 mois, je leur ai dit que je ne viendrait pas avant le matin, et je suis allée dormir chez ma mère ! (c’est la maison à côté) mon homme était là au cas où, mais lui, il dort même sous un avion qui décolle donc ils pouvaient toujours gueuler… » Aaaaaaaargh ! Là, je suis carrément choquée.

Samedi soir, à cause de ces remarques, j’avoue que j’ai eu du mal à trouver le sommeil. Heureusement que Nico a gentiment répondu à tous ces gens qu’à 18 ans elle ferait ses nuits, dormirait dans sa chambre, et serait pressée d’avoir son appart pour qu’on lui lâche la grappe…
J’assume nos choix concernant le sommeil. Je ne conçoit même pas de ne pas répondre à ses demandes de présence et de nourriture. Je sais que ça lui réussit plutôt puisqu’elle est hyper sociable et assez indépendante somme toute. Mais, la façon dont ça a été dit… Je me suis sentie jugée et dévalorisée, mauvaise mère.