Affichage des articles marqués co-allaitement

Voilà, une page a été tournée. Clémentine a pris sa dernière tétée le 4 septembre au matin, à 4 ans et 5 mois. Je l’ai sevrée.

Quand Clémentine, ma fille aînée, est née, j’espérais pouvoir l’allaiter quelques mois… Puis pourquoi pas 6 mois ? Et puis les mois ont passés, et la limite a été repoussée, tant et si bien qu’un jour j’ai finalement décidé qu’il n’y aurait d’autre limite que son besoin à elle. Sevrage naturel. Le mot était beau et séduisant. Alors elle a continué à téter. Puis Paul est né, et Clémentine a continué à téter, rarement en même temps que lui, plus souvent seule aux moments des couchers. Une année de co-allaitement a passé, Clémentine était entrée à l’école… Et puis j’en ai eu marre. Pourquoi ? Je ne saurais le dire, juste envie de passer à autre chose avec elle. Plus envie de conversations au calme l’une contre l’autre dans son lit, que d’une tétée plongée dans mes pensées…

J’ai commencé à lui poser la question « alors, quand-est-ce que tu arrêtes de téter ? » poursuivre la lecture…

En voyant cette photo prise il y a quelques jours, j’ai eu envie de revenir sur cette année de co-allaitement que nous venons de vivre, Paul, Clémentine et moi.

Alors que pour certaines mamans, l’allaitement d’un enfant aîné est très difficile sur le plan psychologique, pour ma part, je n’ai ressenti ni euphorie ni déplaisir à laisser Clémentine prendre sa ou ses 2 tétées quotidiennes. Déjà avant la naissance de Paul elle ne tétait plus guère qu’avant la sieste et au coucher. Nous avons gardé le même rythme après la naissance, même s’il m’est arrivé une ou deux fois de lui demander de soulager un engorgement de tout début d’allaitement à un horaire qui lui était inhabituel. J’ai d’ailleurs essuyé des refus catégoriques.

Il m’est arrivé de les faire téter ensemble, quand Paul était tout petit, comme je vous l’avais déjà montré, mais c’était la plupart du temps parce que j’étais seule avec les deux enfants et que Paul ne pouvait pas attendre la fin de la tétée d’avant sieste de Clémentine. J’avais du mal à trouver une position qui soit confortable pour nous trois.

Clémentine, cependant, adorait téter en même temps que Paul et le réclamait fréquemment.

Puis Paul a grandi, j’ai pu le coucher avant Clémentine, ou le faire patienter en lui donnant un jouet… Et les tétées partagées se sont raréfiées.

A l’automne, la fatigue de l’école aidant, Clémentine a parfois demandé une tétée en fin d’après-midi, et son frère, jaloux comme un pou poursuivre la lecture…

Parce que petit Paul ne pouvait pas attendre que Clémentine ait fini sa tétée d’avant le coucher….

DSC00780